Pogné, pognée

Un homme pogné, une femme pognée souffre de complexes, refoule ses désirs et ses pulsions, ne parvient pas à exprimer ses sentiments et à vivre une saine intimité.

« Joe est un gars gêné. Il est pogné par en dedans et peu démonstratif.* »

Un individu pogné dans une attitude, une situation, un problème, etc., est coincé dans une situation sans issue, qu’il s’agisse de sa vie intime ou d’une autre sphère de son existence. « Il est pogné dans son image, dans son travail, dans son look, dans son couple. Il est mal dans sa peau. Il a laissé tout le contrôle à sa blonde. C’est typiquement québécois ça.** » (Voir la définition de blonde.)

L’expression se dépogner signifie donc « se débarrasser de certains complexes psychologiques, se décomplexer, se libérer, s’émanciper*** », indique un Dictionnaire des canadianismes.

Pogable, pognagePogner

*Poulin, Yves. « “On se méprend si on croit qu’il se fout de l’équipe”. Demers absout Sakic », Le Soleil, 22 janvier 1994, p. S2 — lien.
**Dumas, Hugo. « Ni plus ni moi : double vie en occupation double », La Presse, Arts et spectacles, 13 mai 2009 — lien.
***Dulong, Gaston. Dictionnaire des canadianismes, Sillery, Septentrion, 1999, p. 176.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *