Nounoune

La nounoune : « Brave fille niaise et, malheureusement, insignifiante* », selon le Dictionnaire des injures québécoises.

Passage d’un roman : « Écoute, je suis dinde, mais pas assez pour pas comprendre qu’un cerveau dans ton genre va se tanner bien vite de vivre avec une nounoune.** »

Un chroniqueur de La Presse remarque que nounoune est un mot « qui, étrangement, est féminisé d’emblée, ce qui prouve que le langage n’est jamais neutre ni exempt de préjugés. On aurait aussi pu dire : nono. Désigne à peu près tout le monde, sauf vous, bien sûr.*** »

Ø Nounoune n’a pas toujours été péjoratif. Dans le roman Chéri de l’écrivaine française Colette (1920), un jeune homme surnomme tendrement sa maîtresse « Nounoune », pour évoquer la « nounou » et la « nourrice ».

Ø Nounounerie : bêtise, stupidité collective. Mot entré dans l’édition 2022 du dictionnaire Petit Larousse.

Gougoune

*Dulude, Yvon, et Trait, Jean-Claude. Dictionnaire des injures québécoises, Montréal, Stanké, 1996, p. 301.
**Meunier, Sylvain. L’homme qui détestait le golf, Montréal, La courte échelle, 2008, p. 107.
***Journet, Paul. « Les mots de l’année », La Presse, 30 décembre 2019 — lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *