Grébiche

Mégère. Variante du français gribiche, qui désigne une femme acariâtre, chipie, harpie.

« […] dans chaque grébiche se cache une romantique déçue, c’est su et connu* », affirme un romancier.

« La sémantique est importante au Québec dans notre langue en perpétuelle évolution. La “grébiche” par exemple, est presque toujours associée à une vieille femme détestable. Son masculin pourrait être le “schnock”, le vieux schnock** », avance un chroniqueur.

L’origine de grébiche demeure un mystère. « On a proposé une création fantaisiste à partir du normand gribiche “femme méchante”, issu du moyen néerlandais kribbich “grognon”, mais l’évolution sémantique reste incompréhensible*** », indique le Dictionnaire historique de la langue française.

*Drouin, Pierre-Marc. Mile End stories, Montréal, Québec Amérique, 2011, p. 28.
**Beaudry, Michel. « La langue belle », Le Journal de Montréal, 5 mars 2009, p. 4.
***Rey, Alain (dir.). Dictionnaire historique de la langue française tome 2, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2006, p. 1643.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *