Collé, collée, coller, colleuse, colleux

Être collé ou collée, se coller, être colleuse ou colleux, c’est se montrer très affectueux ou affectueuse.

Une célibataire sur un site web de rencontre : « Je suis souriante, ricaneuse, dynamique, intense, ambitieuse et colleuse.* »

Il ne faut pas y comprendre une connotation négative — à l’opposé du « pot de colle » des Français, c’est-à-dire un individu emmerdeur dont il est impossible de se débarrasser. Mais si l’on dit d’une personne au Québec qu’elle est trop colleuse, cela signifie que son affection dépasse les bornes ou, pire, qu’elle se livre à des gestes non consentis. Fait divers judiciaire : « Un beau-père “trop colleux” et affectueux a reconnu ses crimes, hier, au palais de justice de Québec.** »

AchalerMononcle

*Extrait d’un profil de célibataire sur le site web de rencontre Réseau Contact (qui fut le plus important du genre au Québec, fermé en 2023).
**Benjamin, Guy. « Un beau-père trop colleux », Le Soleil, 19 juillet 2007, p. 20 — lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *