Branler, branleuse, branleux

Attention, voici le mot qui peut provoquer une confusion (triviale ou cocasse) entre Québécois et Européens : branler.

Dans les vieux pays, branler ou se branler, c’est masturber et se masturber. Au Québec, le mot est parfois utilisé dans ce sens, mais il possède d’autres significations qui n’ont généralement rien en commun avec le fricotage du génital :

Ø Le verbe branler peut exprimer le fait de tergiverser. Synonyme : branler dans le manche. Un branleux ou une branleuse est un individu indécis, hésitant, par exemple en amour.

Ø Branler peut également signifier remuer, bouger, trembloter. Par exemple, quelqu’un branle de la tête, un immeuble qui branle lors d’un tremblement de terre, etc.

Ø Avoir la branlette, c’est frissonner des membres (à cause du froid, d’une maladie…), sans connotation sexuelle.

Ø Branler de la queue se dit à propos du chien domestique qui remue sa queue, jamais à propos de l’organe viril du bipède mâle normalement constitué.

À la mitaineBretter, bretteuse, bretteux Crossage, crosser, crosseur, crosseusePognerPoignetSe passer un jack, un willy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *