Baquais, baquaise

Un baquais est un homme trapu, aux jambes courtes. Une femme qui possède le même gabarit est dite baquaise. Le mot au féminin s’écrit aussi bacaisse et baquèse. Variantes : baquet (monsieur) et baquette (madame).

Tous ces mots sont péjoratifs, insultants même. « L’autre jour, dans une chronique, j’ai écrit d’une fille qu’elle était baquaise, vous n’imaginez pas le raffut que cela a fait, comme si j’y avais mis quelque malice », se plaint le chroniqueur Pierre Foglia. « Je pensais la décrire justement, beau ou laid cela se discute, mais petit et large, c’est baquais, non ?* »

« Le mot baquet est issu de bac (1328) et de baqué (1624) qui s’applique à un petit récipient servant à divers usages, tiré du latin populaire (1160) baccu, baccos “récipient” », selon l’auteur d’un Recueil d’expressions et de mots québécois. « C’est par analogie de forme à ce qui est petit et large, et sans doute lourd, que ce mot s’applique à une personne.** »

Les antonymes de baquais et baquaise ne sont pas particulièrement flatteurs : feluet, feluette (dérivés du mot fluet, pour décrire une personne mince et frêle), échalas (nom du pieu que l’on enfonce en terre pour soutenir un arbuste), un grand efflanqué ou une grande efflanquée, et un grand slaque (le mot slaque, en français québécois, signifie mou, de l’anglais slack).

Grasset, grassette Grosse torche, grosse toute trempeToutoune

*Foglia, Pierre. « La fille enceinte », La Presse, 12 juin 2012 — lien.
**Séguin, Jean. Recueil d’expressions et de mots québécois vol. I, Saint-Constant, Broquet, 2008, p. 32.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *